• L'HISTOIRE de FANCHON... Nos Enfants Scènes de la Ville et des Champs par ANATOLE FRANCE

    J'aime les Contes , les Histoires tristes ou gaies..En surfant sur la toile j'ai "Rencontré" celle que je transcris ici
     
                                                                                IL ETAIT UNE FOIS....
    FANCHON

      I

    Fanchon s'en est allée de bon matin, comme le petit Chaperon rouge, chez sa mère-grand, qui demeure tout au bout du village. Mais Fanchon n'a pas, comme le petit Chaperon rouge, cueilli des noisettes dans le bois. Elle est allée tout droit son chemin et elle n'a pas rencontré le loup.

    Elle a vu de loin, sur le seuil de pierre, sa mère-grand qui souriait de sa bouche édentée et qui ouvrait, pour recevoir sa petite-fille, ses bras secs et noueux comme des sarments. Fanchon se réjouit dans son coeur de passer une journée entière chez sa grand'maman. Et la grand'maman, qui, n'ayant plus ni soucis ni soins, vit comme un grillon à la chaleur du foyer, se réjouit aussi dans son coeur de voir la fille de son fils, image de sa jeunesse.

    Elles ont beaucoup de choses à se dire, car l'une revient de ce voyage de la vie que l'autre va faire.

    « Tu grandis tous les jours, dit la grand'mère à Fanchon, et moi, je me fais tous les jours plus petite ; et voici que je n'ai plus guère besoin de me baisser pour que mes lèvres touchent ton front. Qu'importe mon grand âge, puisque j'ai retrouvé les roses de ma jeunesse sur tes joues, ma Fanchon ! »

    Mais Fanchon se fait expliquer pour la centième fois, avec un plaisir tout nouveau, les curiosités de la maisonnette : les fleurs de papier qui brillent sous un globe de verre, les images peintes où nos généraux en bel uniforme culbutent les ennemis, les tasses dorées dont quelques-unes ont perdu leur anse tandis que d'autres ont gardé la leur, et le fusil du grand-père, qui demeure suspendu, au-dessus de la cheminée, à la cheville où il l'attacha lui-même pour la dernière fois, il y a trente ans.

    Mais le temps passe et voici l'heure de préparer le dîner de midi. La mère-grand ranime le feu de bois qui sommeille ; puis elle casse les oeufs dans la tuile noire. Fanchon regarde avec intérêt l'omelette au lard qui se dore et chante à la flamme. Sa grand-maman sait mieux que personne faire des omelettes au lard et conter des histoires. Fanchon, assise sur la bancelle, le menton à la hauteur de la table, mange l'omelette qui fume et boit le cidre qui pétille. Cependant la grand'mère prend, par habitude, son repas debout à l'angle du foyer. Elle tient son couteau dans la main droite et elle a, de l'autre main, son fricot sur une croûte de pain. Quand elles ont fini de manger toutes deux :

    « Grand'mère, dit Fanchon, conte-moi l'Oiseau bleu. »

    Et la grand'mère dit à Fanchon comment, par la volonté d'une méchante fée, un beau prince fut changé en un oiseau couleur du temps, et la douleur que ressentit la princesse quand elle apprit ce changement et lorsqu'elle vit son ami voler tout sanglant vers la fenêtre de la tour où elle était renfermée.

    Fanchon reste pensive.

    « Grand'mère, dit-elle, est-ce qu'il y a longtemps que l'Oiseau bleu vola vers la tour où la princesse était renfermée ? »

    La grand'mère répond qu'il y a beau jour de cela, et que c'était du temps que les bêtes parlaient.

    « Tu étais jeune alors ? » dit Fanchon.

    - Je n'étais pas encore née », dit la mère-grand.

    Et Fanchon lui dit :

    « Grand'mère, il y avait donc déjà des choses quand tu n'étais pas née ? »

    Et lorsqu'elle a fini de parler, la mère-grand donne à Fanchon une pomme avec du pain et lui dit :

    « Va, mignonne, va jouer et goûter dans le clos. »

    Et Fanchon va dans le clos, où il y a des arbres, de l'herbe, des fleurs et des oiseaux..

    (à suivre car ce n'est pas fini...)

     FRANCE, François-Anatole Thibault, dit Anatole (1844-1924) : Nos enfants : Scènes de la Ville et des Champs (1887).

    Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Bibliothèque Municipale de Lisieux (06.VI.2001)
    Texte relu par : A. Guézou
    Adresse : Bibliothèque municipale, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
    -Tél. : 02.31.48.66.50.- Minitel : 02.31.48.66.55. - Fax : 02.31.48.66.56
    Mél : bmlisieux@mail.cpod.fr, [Olivier Bogros] bib_lisieux@compuserve.com
    http://www.bmlisieux.com/

    Diffusion libre et gratuite (freeware)

    Texte établi sur un exemplaire (BmLx : n.c) de la réimpression donnée à Paris par la Librairie Hachette et cie en 1915 (?). Les illustrations de Louis Maurice Boutet de Monvel (1851-1913) ne sont pas reproduites

  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Mai 2007 à 18:40
    coucou
    j'attends la suite avec impatience...merci de nous faire partager ton amour pour les contes de fees c'est bien agreable.bonne soiree.domie.
    2
    Mercredi 23 Mai 2007 à 18:29
    bonsoir Domi
    la suite errive bientôt ma belle...AU REVOIR merci pour ta visite!
    3
    Lundi 16 Juillet 2007 à 09:56
    Ravie.
    C'est toujours un réel plaisir que de te lire. Je suis captivée par ton écriture et ne m'en lasse pas. Mon amie je te le dis tant que je serais sur ce clavier je viendrais. Amitié et bizouss nefer.
    4
    Samedi 18 Août 2007 à 17:42
    ma douceNefer
    ô merci ma belle d'être là j'en suis heureuse ma chérie je pense à toi et t'embrasse fort ma douce amie*
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :