• L'ARBRE de MAI et sa REINE

    Voir en plus grand

     

      Le mois de mai dans nos plus lointaines traditions indo-européennes comme dans notre folklore d'aujourd'hui qui les perpétue est le moment symbolique de la victoire du printemps sur l'hiver. Les derniers affrontements entre forces lumineuses, et forces obscures ont lieu, mais l'issue ne semble déjà plus faire de doute : le cycle du printemps, qui commence au mois de février, notamment avec les prémices des carnavals, entre dans sa phase terminale. Héros, chevaliers, saints ou divinités solaires triomphent des dragons, loups et serpents qui retenaient la lumière et incarnaient l'hiver. Cette victoire du printemps signifie règne du vert, épanouissement de la végétation, fertilité agricole. Nos traditions frissonnent de cet événement cosmique

    Sous l'arbre de mai, planté sur la place du village on danse et on chante. Mais autour de lui se trament également les rencontres amoureuses liées aux rites de fertilité printaniers. Les jeunes hommes font " le mai aux filles " en plantant notamment un arbre devant chez elles. ...(t'imagines si il y en a plusieurs...lolll ) Ces dernières ne restent pas inactives, ornant fontaines et puits de guirlandes de fleurs. Emmayer signifie offrir un arbre, un feuillage aux filles. Chaque type ou essence d'arbre revête une signification en rapport avec le comportement de la bien-aimée. Variantes et exemples abondent des coutumes liées à l'arbre de mai.

    Puis est choisie la REINE de MAI  qui porte  une couronne de fleurs, en général des roses (synonymes de perfection, de régénération, de pureté, d'amour), qui devient progressivement une coiffe appelée chaperon. D'où notre comte," Le Petit Chaperon Rouge," rédigé par Perrault, mais surtout recueilli auprès du peuple par les frères Grimm, orfèvres de notre mémoire et auteurs notamment du mythique… " Mythologie germanique ". Le Petit Chaperon représente la reine de Mai (printemps ou soleil) qui va porter à sa grand-mère (la plus ancienne Reine de Mai) notamment de la galette de mai (aux vertus merveilleuses). Un loup (l'hiver) l'avale mais le chasseur (Comte de Mai) la délivre. Dans ce récit, on retrouve tous les éléments du mythe de la fin cyclique du monde décrit dans l'Edda scandinave.

    J'ai retouvé dans mes bouquins ces traditions...que je connais bien..il me semble que la Reine de Mai rejoint la Fête de la Rosière ?

    Voir en plus grand

    en illustration l'arbre de Judée de mon jardin(peinture traits larges)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :